Category: Presse

L’île au théâtre : bilan positif – 10/06/2017 – ladepeche.fr

Monique Calmette, Agnès Lafont et Magali Auban présidente de Culture en Volvestre et Isabelle Jeanbrau, programmatrice du festival.

Magali Auban (Présidente de Culture en Volvestre), Agnès Lafont et Monique Calmette et Isabelle Jeanbrau, programmatrice du festival.

La 6e édition de «l’île au théâtre» festival de «seuls en scène» à Montesquieu-Volvestre est un nouveau succès confirmé par son public avec près de 600 entrées et deux séances complètes sur quatre. Le festival trouve son rythme de croisière grâce à une programmation de qualité imaginée avec professionnalisme par Isabelle Jeanbrau, programmatrice du festival. Cette année le festival n’a pu se dérouler sur l’île du Ramier à cause de la météo qui a imposé un changement de lieu pour des raisons de sécurité. Mais le public a répondu présent et les bénévoles de l’association les en remercient. Culture en Volvestre et la nouvelle présidente Magali Auban sont le moteur de cette dynamique de groupe qui accomplit un travail fédérateur dans l’intérêt du théâtre en milieu rural.

Source : L’île au théâtre : bilan positif – 10/06/2017 – ladepeche.fr

L’île au théâtre : à l’abordage ! – La Dépêche

La semaine prochaine, le chapit'chou se dressera sur l'ïle du Ramier.

La semaine prochaine, le chapit’chou se dressera sur l’ïle du Ramier.

L’association Culture en Volvestre organise la 6e édition du festival « L’Ile au théâtre » du 2 au 4 juin à Montesquieu-Volvestre sur l’île du Ramier. Les spectacles ont lieu sous un chapiteau sur l’île du Ramier de Montesquieu-Volvestre. Nous avons rencontré les organisateurs du festival.
Vous vous lancez dans une nouvelle Edition du festival cette année ?

Oui, en effet, la cinquième année fut un succès. Nous avons eu pas loin de 600 spectateurs et des retours très positifs du public. De plus, la qualité des spectacles est reconnue puisque deux spectacles programmés dans notre festival ont été nominés aux Molières et un a obtenu le Molière du meilleur seul en scène (Les chatouilles d’Andréa Bescond).

Comment se passe la préparation du festival ?

Écoutez, tout se passe bien ! Il y a de multiples tâches à prendre en charge en fonction des envies et des compétences de chacun : les démarches administratives, les vide-greniers pour récupérer des fonds, la décoration et l’approvisionnement de la buvette, l’arrivée des artistes… Tous les bénévoles ont à cœur de construire un festival de qualité, chaleureux et convivial.

Quelle est la spécificité de la programmation cette année ?

Notre programmatrice Isabelle Jeanbrau nous a proposé une programmation très intéressante avec beaucoup d’humour, de tendresse, d’acidité et de moments poétiques. Le vendredi soir le spectacle «le soliloque de Grimm» est un spectacle poignant entre l’humour et le drame. Samedi après-midi, la pièce porte sur un sujet noir, l’holocauste. Pour vous avouer, on n’était pas très chaud pour le programmer mais en fait c’est un bijou de théâtre, salué par la critique ! La soirée se poursuit avec Elise Noiraud qui revient avec son nouveau spectacle «Pour que tu m’aimes encore». Élise a littéralement cartonné à Paris avec ce spectacle d’humour. ! Le dimanche matin il y aura un spectacle jeune public de 5 à 14 ans, Allan Watsay, qui mélange enquête policière et magie. Ce spectacle a obtenu le prix «Spectacle Magique de l’année 2017».

Réservations et renseignements : http://lileautheatre.fr/ et à l’Office du Tourisme au 0561901955.

 Source : L’île au théâtre : à l’abordage ! – 23/05/2017 – ladepeche.fr

Les beaux projets de Culture en Volvestre – ladepeche.fr

Culture en Volvestre

Culture en Volvestre

Pour la commune de Montesquieu-Volvestre, le mois de juin reste cet espace culturel privilégié du Volvestre révélateur de l’intérêt pour le théâtre avec son Festival «Seuls en Scène» initié depuis 2012. C’est l’association «Culture en Volvestre» qui porte le projet ; car l’idée de proposer à leur commune un festival, des spectacles contemporains, où la qualité artistique prime, c’est l’identité de ce groupe de bénévoles. Un pari qui aurait pu paraître, porté à cette dimension culturelle : «insensé» de s’approprier un espace de temps unique dans une zone rurale à l’instar d’autres festivals, leurs ainés et plus médiatisés aussi. Pour tous c’est une belle aventure humaine, la cohésion du groupe à préserver, l’investissement pour assurer la fluidité de l’organisation en amont de leur prétention associative ; certes sous les feux de la rampe n’apparaissent que les seuls artistes, recrutés par la programmatrice artistique Isabelle Jeanbreau, mais «l’avant-scène» technique, financière et administrative relève de toutes les initiatives et compétences mis en jeu bout-à-bout pour proposer un festival vivant et chaleureux. Le dernier mot est pour Fred Nony, parrain en 2014 : «J’ai encore plus apprécié cet esprit de convivialité et de simplicité, la chaleur du partage et cela correspond tout à fait aux valeurs humanistes du théâtre… cette association veut faire du partage de culture dans une région qui est simple et qui dit «on aime autant que les autres entendre des histoires et nous aussi à travers notre projet, nous racontons une histoire».

Source : Les beaux projets de Culture en Volvestre – 18/06/2015 – ladepeche.fr

Cédric Chapuis revient en célébrité parisienne

Cédric Chapuis sur scène dans «Vie sur mesure»./Photo DR

Avec ou sans le Molière du meilleur spectacle solo dans sa valise, l’enfant du pays Cédric Chapuis est attendu en VIP dans deux semaines au Festival L’Île au Théâtre. Il y était venu une première fois en 2013 présenter la «Vie sur mesure», qui lui vaut aujourd’hui les honneurs de la grande cérémonie parisienne. Cette nomination est en soi une consécration pour une production très locale devenue succès national. Écrit et joué par le presque quadragénaire originaire de Pibrac, ce «seul en scène» a été créé en 2009 grâce à sa compagnie Scènes plurielles, désormais installée à Fonsorbes, et grâce au metteur en scène de Marquefave Stéphane Batlle (devenu codirecteur du Grenier de Toulouse).

Baguettes et math sup’

Depuis, «Une vie sur mesure» a été jouée quelque 400 fois en France : sept mois consécutifs à Paris, au théâtre Tristan Bernard, et depuis cinq ans à guichets fermés au Festival Off d’Avignon !

Virtuose panaché de théâtre et de batterie, la comédie dramatique donne voix à un jeune autiste qui, sur tous les rythmes, nous livre les épisodes de sa vie et, surtout, sa vision du monde ingénue et différente, subtile et drôle.

La batterie a été la passion de jeunesse de Cédric Chapuis. Autodidacte entré à l’école Dante Agostini de Toulouse, il a finalement abandonné les baguettes en même temps que maths sup’ pour devenir animateur de clubs de vacances exotiques. C’est ce qui lui a permis de découvrir sa vocation : écrire des sketches, puis bientôt des histoires, et les jouer sur scène. En Bulgarie, il a également découvert son épouse, la comédienne Mira Simova. Elle enseigne maintenant à l’école de Scènes plurielles, joue en solo dans leur pièce «23-F côté hublot» (qui raconte son départ de Sofia) et a mis en scène son dernier spectacle «Au-dessus de la mêlée».

Sur le thème du rugby, c’est celui qu’on aura la chance de découvrir le 4 juin à L’Île au Théâtre. Attention, la billetterie est déjà ouverte et certains regrettent beaucoup de ne pas, il y a trois ans, avoir vu «Une vie sur mesure» – dont la première, soit dit en passant avait été jouée à Launaguet dans la salle… Molière.

Source : Cédric Chapuis revient en célébrité parisienne – ladepeche.fr

Festival de Seuls en scène L’île au théâtre

Pierre Di Prima dans Karabistouille

Festival de Seuls en scène L’île au théâtre

Juin sonne l’ouverture de la saison des festivals. Une ouverture en fanfare pour certains. Quant à L’île au théâtre, il se hisse humblement dans la cour d’honneur sans recevoir le même écho médiatique. Pourtant, ce festival qui se déroule à Montesquieu-Volvestre (dans le Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées pour donner un point de repère aux déboussolés de la refonte des régions) existe depuis cinq ans. Une initiative de la comédienne et metteur en scène Isabelle Jeanbrau, qui a réquisitionné ses amis d’enfance pour la bonne cause. Agnès Lafont, Muriel Ruquet, Laurence Sempolit et Stéphan Brosillon se sont donc lancés dans l’aventure, avec autant d’expérience dans l’organisation d’un festival qu’un œnologue sur la gestion de l’eau potable. Ils ont gardé l’ivresse pour mettre toute leur énergie dans la mise en place de la programmation.

Et on peut dire que l’équipe a du flair pour dénicher les pépites. L’île au théâtre devient un festival de découvreur de talents. Deux spectacles programmés lors des précédentes éditions ont été nominés aux Molières 2016. Une vie sur mesure de Cédric Chapuis, présent au festival en 2013. Et les remarquables Chatouilles d’Andréa Bescond, très justement récompensée par un Molière dans la catégorie « Seul(e) en scène ». Autant dire que la programmation de L’île au théâtre est particulièrement soignée. Sa ligne artistique ? Offrir un festival d’humour dans sa diversité et qui se différencie du one man show. Des spectacles de qualité qui redonnent ses lettres de noblesse au théâtre populaire sans tomber dans l’élitisme.

Pour l’éditions 2016, Cédric Chapuis revient avec sa nouvelle création, Au-dessus de la mêlée. Seront également présent Sandrine Bourreau, avec Claudette et les Femmes d’aujourd’hui, Lionel Cécilio, avec Voyage dans les mémoires d’un fou, et Pierre di Prima, pour un spectacle pour enfants, Karabistouille. Trois jours, du 3 au 5 juin, pour découvrir une oasis de culture à la fête.

Source : Festival de Seuls en scène L’île au théâtre – Théâtrorama

Lionel Cécilio : encore une célébrité à l’île au théâtre !

Lionel Cécilio : encore une célébrité à L’Ile au Théâtre !

On a l’habitude de le voir au cinéma, à la télévision dans la série «Scènes de Ménages» sur M6 et, surtout, l’émission littéraire de D8 «Voyage au bout de la nuit»; il joue dans le spectacle «Aladin» récemment nominé aux Molières (catégorie «Jeune public»). Mais c’est son dernier spectacle solo, «Voyage dans les mémoires d’un fou», que Lionel Cécilio vient jouer le 4 juin au Festival L’Ile au Théâtre. Ce Montreuillois d’origine portugaise, doux hyperactif de 33 ans, en est l’auteur, l’interprète multi-voix et le metteur en scène.

Dans ce «seul en scène» librement inspiré d’un roman de jeunesse de Gustave Flaubert, le personnage, atteint d’une maladie incurable, décide d’écrire à un lecteur imaginaire pour lui livrer ses mémoires et son témoignage sur la folie de notre monde.

«Voyage dans les mémoires d’un fou» : samedi 4 juin à 17h, avant «Au-dessus de la mêlée» de Cédric Chapuis à 21h (restauration possible sur place). Réservations : lileautheatre.festik.netwww.lileautheatre.fr / www.lionelcecilio.com

Source : Lionel Cécilio : encore une célébrité à L’Ile au Théâtre ! – 03/06/2016 – ladepeche.fr

Montesquieu-Volvestre : festival l’île au théâtre

Bénévoles, techniciens, …

Festival l’île au théâtre : Un long travail de préparation avant que le rideau ne s’ouvre

Le mois de juin arrivant, les montesquiviens et les habitants du Volvestre se sont habitués à voir ce chapiteau aux couleurs flamboyantes se déployer majestueusement sur l’ile du Ramier. Un signe de ralliement des passionnés du théâtre qui continuent d’affluer chaque année toujours plus nombreux, au festival de « l’ile au théâtre ». Quel joli nom et que de chemin parcouru depuis 5 ans : C’est en 2012 que l’actrice, réalisatrice et metteur en scène Isabelle Jeanbrau eut cette folle idée de créer un festival de théâtre à Montesquieu Volvestre, village cher à son cœur et à ses souvenirs d’enfance.

Pour la 5ème édition du festival , l’équipe de l’association Culture en Volvestre nous promet une belle programmation et nul ne doute que cette année encore, le succès sera au rendez vous.

Ce que le public ne sait pas forcément, c’est toute la préparation que nécessite une telle manifestation. C’est en effet une grosse organisation qui débute dès le mois de juillet précédent l’année du festival. Elle commence avec Isabelle Jeanbrau dans son rôle de programmatrice auquel elle tient particulièrement. Ces dernières années lui ont permis d’évoluer dans sa manière de choisir les spectacles mais elle a néanmoins conservé deux critères : d’une part, ce sont toujours des spectacles « seuls en scène », d’autre part, c’est uniquement en les voyant qu’elle les choisit.

Aujourd’hui, sa préférence ne se porte pas forcément sur des spectacles qu’elle aime pour elle même mais plutôt sur des spectacles qui vont permettre un échange avec le spectateur. Il faut chercher et chercher encore pour trouver la perle rare. La couverture du festival d’Avignon est essentielle au mois de juillet.

« C’est une période dense car la programmation doit être arrêtée en novembre » confie Isabelle. Et pour cause, durant le festival d’Avignon, il lui arrive d’assister à cinq pièces en une journée. Mais cela ne s’arrête pas à la fin du festival puisque sa quête continue à Paris et en région parisienne jusqu’au mois de novembre.Une fois ce travail de sélection achevé, elle soumet un quota de spectacles aux membres de l’association Culture en Volvestre. Après avoir échangé sur leurs avis respectifs et les raisons de leurs préférences, ils arrêtent le programme.

L’équipe des bénévoles prend ensuite le relais, à peu près trois ou quatre mois avant le festival : décider des repas, loger les comédiens, s’occuper de la billetterie et de la communication. Toutes ces tâches demandent une grande disponibilité. « Et cela devient difficile car, comme beaucoup d’associations, Culture en Volvestre manque de bénévoles »

La première année a été la plus compliquée et la plus stressante, « c’est là que tout s’est installé » mais aujourd’hui le groupe est rodé, l’équipe du chapiteau est professionnelle et efficace « ils sont super » et tout ceci est très rassurant.

De même, le festival a trouvé son public et s’est installé avec succès dans le paysage culturel du Volvestre. Les artistes sont bien reçus par un public de connaisseurs et c’est donc la quiétude qui règne en maitre grâce à tout ce travail fourni en amont. (…)

Source : Montesquieu Volvestre : festival l’île au théâtre | Petite République.com

L’île au théâtre : un Molière pour Andrea Bescond

Andréa Bescond dans «Les Chatouilles ou la Danse de la Colère»

Andréa Bescond dans «Les Chatouilles ou la Danse de la Colère»

À quelques jours d’installer son chapiteau au Ramier, le Festival L’Île au Théâtre vient de gagner à Paris sa consécration de «découvreur de talents» : Andréa Bescond a été primée du Molière du meilleur «Seul(e) en scène» pour sa pièce «Les Chatouilles ou la Danse de la Colère», qu’elle était venue jouer l’an dernier à Montesquieu. Un autre auteur-interprète, de l’édition 2013, était nominé dans la même catégorie : le régional Cédric Chapuis.

Andréa Bescond avait déjà été couronnée «Révélation» en 2010, comme comédienne dans «Les 39 Marches». De nouveau mis en scène par Eric Métayer, son solo «Les chatouilles» offre un témoignage saisissant sur la pédophilie, performance ultra-énergique en solo multi-voix et chorégraphie. Il a sidéré le public du théâtre du Petit Montparnasse, après avoir été le «coup de cœur du Festival Off d’Avignon en 2014, au théâtre du Chêne Noir comme le succès de Cédric Chapuis. Le Pibracais d’«Une vie sur mesure» disait d’ailleurs «craindre encore plus la concurrence d’Andréa Bescond que celle de Daniel Pennac (pour «Malade des hôpitaux de Paris») car son spectacle est redoutablement réussi et émouvant»…

Un message de résilience

À 36 ans, cette danseuse passionnée issue de l’École supérieure de Cannes et du Conservatoire de Paris, partie ensuite explorer des styles plus modernes à travers le monde, incarne seule tous les personnages de son histoire. Elle est la petite Odette, régulièrement abusée par un ami de la famille qui lui impose ses «chatouilles secrètes», mais aussi sa mère, sa psy, sa prof de danse, les copains, etc. Elle est aussi Odette adulte, car la pièce bouleversante est un message de résilience et d’espoir qui s’autorise même l’humour. Une adaptation au cinéma devrait voir le jour en 2018.

Ces deux réussites, d’Andréa Bescond et de Cédric Chapuis, montrent en tout cas combien le théâtre peut être vivant sur nos planches rurales. Le Festival L’Île au Théâtre, organisé par des bénévoles autour de l’association Culture en Volvestre, a été lancé en 2012 par la comédienne et metteuse en scène Isabelle Jeanbrau. La 5e édition aura lieu du 3 au 5 juin.

Source : L’île au théâtre : un Molière pour Andrea Bescond – 26/05/2016 – ladepeche.fr